Chelsea Manning, enfin libre


Chelsea Manning

Elle avait copié et transmis à l’organisation de Julian Assange plus de 700 000 documents : la vidéo « Collateral Murder » montrant des civils irakiens et deux photographes de l’agence Reuters abattus par un hélicoptère Apache, les documents secrets sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan, et les télégrammes de la diplomatie américaine.


Après sept ans d’incarcération, Chelsea Manning est enfin libre. Un bref communiqué de l’armée américaine l’a confirmé ce mercredi, en milieu de journée : la lanceuse d’alerte de 29 ans, source de WikiLeaks, a quitté dans la nuit la prison militaire de Fort Leavenworth, au Kansas. Le 17 janvier, Barack Obama avait commué sa peine, à quelques jours de son départ de la Maison Blanche. « La liberté était quelque chose dont je rêvais, mais que je ne m’autorisais jamais à imaginer pleinement, écrivait-elle il y a huit jours dans une déclaration relayée par son équipe de défense. Désormais, la liberté est quelque chose que je vais vivre à nouveau avec mes amis et mes proches. »

Début 2010, celle qui s’appelait encore Bradley Manning, et qui travaillait à Bagdad comme analyste du renseignement pour l’armée américaine, avait copié et transmis à l’organisation de Julian Assange plus de 700 000 documents : la vidéo « Collateral Murder » montrant des civils irakiens et deux photographes de l’agence Reuters abattus par un hélicoptère Apache, les documents secrets sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan, et les télégrammes de la diplomatie américaine. Dénoncée par un ancien hacker à qui elle s’était confiée lors de discussions en ligne, elle avait été arrêtée et placée au secret dès le mois de mai, dans des conditions que le rapporteur spécial des Nations unies qualifierait, deux ans plus tard, de traitement « cruel, inhumain et dégradant ».
La suite ici : (1) Chelsea Manning, enfin libre – Libération

19.05.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.