30 ans après, le Mur d’Europe








L’anniversaire des trente ans de la chute du Mur de Berlin offre l’occasion de dresser un inventaire des différents types de murs érigés ou maintenus à nos frontières ou au milieu de territoires contestés. Ces murs divergent de par leurs sophistications, leurs coûts, leurs justifications officielles : lutte contre le terrorisme, contre la contrebande, contre l’immigration dite « illégale » ou pour maintenir une ligne de cessez-le-feu. On compte au total 40000 kilomètres de murs, organisés autour de 71 infrastructures.




On pense au mur entre les Etats-Unis et le Mexique bien entendu, mais aussi à ceux en Europe de l’est, au Moyen-Orient, ou aux frontières indiennes, chinoises et coréennes. Vu d’Europe, cet inventaire permet de déplorer la multiplication de ces blindages frontaliers contemporains, jugés archaïques et anormaux dans un monde caractérisé par la mobilité et l’échange.

Au-delà de ce poncif, la multiplication de ces obstacles aux mobilités le long des frontières européennes convoque la mémoire du blindage et des drames propres à la Guerre froide et à son Rideau de fer, bien que les obstacles contre les fuites de gens de l’est vers l’ouest du passé s’opposent a priori aux obstacles érigés contre l’entrée de personnes en migration d’aujourd’hui. La RDA avait fait du mur un emblème de sa souveraineté. Sur les ruines du Rideau de fer, le projet européen devait se construire sur la libre circulation. Pourtant, il se construit bien trente ans plus tard sur l’obsession du contrôle des frontières extérieures de l’Union Européenne, et de plus en plus celles intérieures. C’est à ce titre qu’il nous semble opportun de jauger ces trente années. Depuis le Mur de Berlin, tentons de tirer les fils des contradictions propres au projet européen.

Les années 1990 consacrent progressivement l’idée d’un espace européen sans frontière intérieure pensé par les accords de Schengen de 1985, par l’Acte Unique de 1986 et surtout par le traité de Maastricht de 1992[iii]. La libre circulation des marchandises, des capitaux, des services, et des travailleurs est en effet perçue comme un instrument d’intégration dans le cadre du renforcement du marché intérieur. En ce qui concerne les personnes, la libre circulation se définit comme le droit pour chaque citoyen européen de migrer dans un autre Etat membre.

Toutefois, la libre circulation se mue en une mise en concurrence des travailleurs, des systèmes sociaux et fiscaux nationaux qui poussent à des formes de dumping social (qu’on pense aux travailleurs détachés). Cela concourt à jeter le discrédit sur la circulation aux yeux des opinions publiques, d’autant plus que peu de citoyens européens y ont en fait recours (2 % seulement des Européens seraient nés en dehors de l’Etat où ils résident[iv]). En effet, en contexte de crise économique depuis 2008, la circulation des travailleurs est perçue comme sources de tensions. Le vote du Brexit a beaucoup reposé sur cette méfiance. L’Europe par la libre circulation a donc dès le départ du plomb dans l’aile.

La suite ici : 30 ans après, le Mur d’Europe

9.11.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.