Alain Damasio: « Nous sommes la génération noyée »


Alain Damasio

« C’est la conjuration des nos angoisses existentielles. On oublie que c’est dans ces temps morts que nous vient l’inspiration. D’ailleurs, ce ne sont pas des temps morts, mais des temps de vie. »


Il renvoie à l’imagerie de Ghost in the Shell, cite Deleuze, Nietzsche, Bergson, Spinoza… Alain Damasio, auteur de La Horde du Contrevent (2004), part dans tous les sens. Il s’éloigne un peu (beaucoup) du sujet du débat auquel le Festival des idées l’a invité hier soir à la Maison des Métallos, qui était « Pourquoi a-t-on peur de ne pas être des machines ? ». Mais l’écrivain titille notre curiosité, donne envie de réfléchir, de débattre, de lire, encore et encore. Voici l’avis d’un romancier de SF sur notre rapport aux nouvelles technologies.

« Je suis un bâtard« , prévient d’abord Alain Damasio, qui ne s’interdit pas de réfléchir « transversalement ».  Il est auteur de science-fiction, mais emprunte volontiers ses idées à la philosophie, à la sociologie, à la littérature. Son cheminement de pensée est intuitif, dit-il. Il n’a pas la prétention de donner des réponses mais plutôt de lancer des questions.

La suite ici : Alain Damasio : « Nous sommes la génération noyée » | Journaleuse – Le blog de Margaux Duquesne

21.11.16



Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.