And the winner is… Donald Trump





Si, si, il y a des résultats de ce sommet G7. Comme cette unanimité qu’il faut combattre les terribles feux en Amazonie. Mais ça, c’est un peu comme si le conseil municipal se réunissait pour décider, après une longue délibération, de permettre aux pompiers d’éteindre un incendie dans le plus grand quartier de la ville. Pour le reste, le seul qui profite réellement de ce sommet G7, c’est Donald Trump. Les autres « leaders » mondiaux font office de figurants dans ce « show politique ».




Dimanche matin, les porte-serviettes de l’Elysée jubilaient et diffusaient l’information qu’Emmanuel Macron était « mandaté » par les G7 pour mener les discussions avec l’Iran. Quelques minutes après, Donald Trump se montrait surpris par cette nouvelle et l’invalidait immédiatement. Pour expliquer cette « fake news » émanant de l’Elysée, le président français se voyait obligé de redéfinir la nature même de ce sommet. Si, en amont de ce sommet, il avait annoncé des « décisions importantes », il expliquait maintenant que le G7 était un « club informel » qui ne pouvait pas prendre des décisions ou donner des mandats, puisque chaque pays participant était indépendant et menait sa propre politique.

Donald Trump utilise ce G7 pour ses propres objectifs et il est frappant qu’il maîtrise l’outil diplomatique comme un grand patron. Ainsi, il a rassuré Boris Johnson en lui promettant un « fantastique traité sur les libres échanges » après le Brexit – et les « leaders » européens regardaient bouche béé le président américain s’ingérer de la sorte dans la politique européenne

En revanche, sur le sujet de la croissance, les « leaders » sont unanimes – ils en veulent et de plus en plus. Visiblement, aucun de leurs conseillers leur avait dit en amont qu’il y a un rapport entre la croissance effrénée et la destruction de notre planète. Ce plaidoyer pour poursuivre sur la voie de la croissance invalide tous les jolis discours concernant les questions climatiques et environnementales. Pour rappel – aucun des pays signataires de la COP 21 n’a respecté à ce jour ses engagements. Aucun. On pourrait finir par croire que ces manifestations et les jolis accords et lettres d’intention ne valent – rien.

La suite ici  :  And the winner is… Donald Trump

27.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.