Anuna De Wever et Kyra Gantois, climatoépiques






 

Je déteste le fait que, à 17 et 20 ans, nous ayons à conseiller à nos dirigeants de rencontrer plus de scientifiques, de se renseigner sur la réalité de la situation et à leur donner les solutions pour agir. Nous devons aussi aller à l’école. Ce n’est pas notre rôle !



 

Elles ont les mêmes yeux gris vert. Echangent des regards complices. Finissent les phrases l’une de l’autre. Anuna De Wever, 17 ans, et Kyra Gantois, 20 ans, forment un duo. On ne leur enlèvera pas ça. Pourtant, les deux jeunes Flamandes, figures du mouvement de la jeunesse pour le climat en Belgique, paraissent aussi différentes que leur entente est solide.

Anuna, quelques centimètres de plus, un court carré brun peigné en arrière, assène ses réponses avec l’assurance d’un Fillon se défendant en direct pendant la présidentielle. On pourrait la secouer tant qu’on veut, impossible de la déraciner de ses convictions. A ses côtés, la stature plus courbée, le regard presque absent (elle était malade lors de notre rencontre), Kyra s’éclaire, comme ses fins cheveux blonds, quand on lui parle de ses motivations. «J’ai envie de devenir une activiste, d’en faire mon métier. J’ai besoin d’être utile à la société.» Fan de Leonardo DiCaprio, celle qui arbore un récent anneau doré à la narine droite, maîtrise moins bien l’anglais mais mène de front ce combat pour le climat, ses études en communication et s’apprête à commencer un boulot de serveuse dans un «bar écologique», à Anvers, où elle vit avec sa grand-mère. Leur flegme prouve qu’elles sont rodées aux interviews. Presque blasées.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/05/23/anuna-de-wever-et-kyra-gantois-climatoepiques_1729092

29.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.