Après l’ordre international libéral 



 

 

 

 

 


Pour nombre d’analystes, l’ordre libéral international s’est éteint avec l’essor de la Chine et l’élection du président des États-Unis Donald Trump. Mais si Joe Biden bat Trump aux élections de novembre, doit-il tenter de le ressusciter ? La réponse est non, probablement. En revanche, il devra le remplacer.

 

 


Les esprits critiques font valoir, non sans raison, que l’ordre américain d’après 1945 ne fut ni global, ni toujours très libéral. Il tint écartée plus de la moitié du monde (le bloc soviétique et la Chine) et accueillit en son sein de nombreux États autoritaires. L’hégémonie américaine fut toujours exagérée. Le pays le plus puissant de la planète doit néanmoins marquer sa prééminence dans la production de biens publics mondiaux, faute de quoi ceux-ci risquent de ne pas être fournis, et les Américains d’en souffrir.

À cet égard, l’actuelle pandémie a valeur d’exemple. Un but réaliste pour une administration Biden devrait être de mettre en place des institutions internationales fondées sur des règles, avec des membres différents en fonction des différentes questions à régler.

La Chine et la Russie accepteraient-elles d’y participer ? durant les années 1990 et 2000, ni l’une ni l’autre n’ont pu neutraliser la puissance américaine, et les États-Unis sont passés outre la souveraineté pour affirmer la primauté des valeurs libérales : ils ont ainsi bombardé la Serbie et envahi l’Irak sans l’accord du Conseil de sécurité des Nations Unies. Ils ont aussi soutenu, en 2005, la résolution de l’Assemblée générale instituant la « responsabilité de protéger » les populations brutalisées par leurs propres pouvoirs publics – une doctrine qu’ils ont utilisée en 2011 pour justifier les qui avaient vocation à protéger les habitants de Benghazi.

La suite ici : https://www.project-syndicate.org/commentary/biden-must-replace-liberal-international-order-by-joseph-s-nye-2020-07/french

11.07.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.