Assange et les biais cognitifs



 

 

 


Les défenseurs de Julian Assange doivent se battre contre deux types d’ennemis : les États qui ont décidé de faire taire le fondateur de Wikileaks, mais aussi les citoyennes et citoyens, voire certaines organisations internationales, qui se sont laissé convaincre par la campagne de désinformation et de calomnie orchestrée par les États-Unis. Et il est difficile de dire quel ennemi est le plus redoutable…

 

 

Que ce soit sur le fameux (fumeux) dossier suédois – les allégations de crime sexuel, dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait d’une pure diffamation et d’une procédure suédoise sous pression américaine –, celui du Russiagate ou des câbles diplomatiques, toutes les accusations que les médias, sociaux ou non, relaient à l’encontre de Julian Assange sont fausses. Un travail considérable a été mené par ses défenseurs pour les dénoncer l’une après l’autre, preuves à l’appui, et ces récusations sont disponibles sur le site de Belgium4Assange. À titre d’exemple, même la justice suédoise reconnaît aujourd’hui à mi-mots, après avoir abandonné toutes les poursuites, que les accusations touchant au comportement sexuel d’Assange étaient une manipulation orchestrée par les Etats-Unis.

Il nous arrive de discuter de ce dossier avec des personnes que l’on apprécie, ouvertes, intellectuelles, engagées. Au départ, la position est tranchée : Assange est un sale type, un pervers sexuel, qui a fait élire Trump contre Clinton, qui est à la solde de Poutine. Argument par argument, dossier par dossier, évidence après évidence, notre interlocuteur reconnaît que, certes, les accusations sont fausses… « mais »…

En argumentation, on sait qu’une longue phrase pleine d’accords est annulée dès que surgit un « mais ». « Vous êtes intègre mais… » signifie « vous êtes malhonnête ». Au terme d’une conversation sur Assange, on arrive à cette situation absurde où l’interlocuteur reconnaît qu’Assange n’est coupable d’aucune des accusations que l’opinion publique relaie à son encontre, mais que… il l’est quand même.

Pourquoi ?

La suite ici :La première chronique de Carta Academica: «Assange et les biais cognitifs»

20.01.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.