Attentat d’El Paso : Trump, les armes et le terrorisme d’extrême droite





Le terreau, c’est le trumpisme, l’outil, la législation sur les armes. Bien sûr, on se gardera d’accuser le président des Etats-Unis d’être directement responsable du massacre, mais, à seize mois de la prochaine présidentielle, M. Trump est entré dans des surenchères droitières qui confinent parfois au fascisme, surtout lorsqu’on voit la manière dont il excite les haines de ses partisans les plus extrêmes.


La haine n’a pas de place dans notre pays : on aimerait croire Donald Trump, à l’issue d’un week-end épouvantable, dans un pays qui a connu deux nouveaux massacres, faisant 29 morts, l’un dans un supermarché d’El Paso, à la frontière mexicaine, le second dans un bar de l’Ohio. La réalité, hélas, est inverse. La haine s’installe aux Etats-Unis, victimes d’attentats commis par des jeunes hommes blancs d’extrême droite. L’auteur présumé de la tuerie d’El Paso a rendu hommage au tueur de Christchurch (Nouvelle-Zélande), qui a assassiné froidement 51 personnes dans deux mosquées, le 15 mars. Ce « fait d’armes » est au firmament des suprémacistes blancs de la planète avec Anders Breivik, auteur d’un massacre en Norvège en 2011.

Il ne faut pas se leurrer, les Etats-Unis sont victimes d’un terrorisme d’extrême droite destructeur. On se réjouira que le FBI l’ait reconnu, en qualifiant les faits comme tels. On saluera la réaction admirable des habitants d’El Paso, ville-frontière à majorité hispanique, qui veulent répondre à la haine par l’amour, ou, si ce mot fait peur, par la fraternité et le vivre-ensemble. Et l’on s’arrêtera là. On ne tombera pas dans le leurre de ceux qui estimeront que justice aura été rendue lorsque l’auteur des faits aura été condamné à mort (on peut compter, à ce propos, sur la funeste diligence de l’Etat du Texas).

La suite ici : Attentat d’El Paso : Trump, les armes et le terrorisme d’extrême droite

6.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.