Secousse sismique pour l’audiovisuel public en Europe


audiovisuel public

Si le contexte est évidemment compliqué (mutation galopante du secteur, écrasement par les nouveaux géants que sont les GAFA, difficile adaptation aux usages du public) et remet en cause les modes de financement des services publics à travers l’Europe,on peut donc toutefois leur reconnaître une place particulière dans leurs paysages audiovisuels nationaux, où ils restent des vecteurs de confiance et les garants d’une certaine qualité de contenus pour les citoyens.


Le Brexit, l’élection de Donald Trump et la crise des fake news qui a suivi ont largement mis en lumière ces deux dernières années la défiance croissante des citoyens à l’égard des médias historiques. Une défiance qui n’épargne pas les médias de service public européens, et qui va jusqu’à remettre en question dans certains pays la légitimité d’un financement par la redevance.

Premier exemple, et pas des moindres : la Suisse, dont les citoyens seront appelés à se prononcer en mars prochain sur le maintien ou non de la redevance sur la radiotélévision nationale. Venu exposer la situation incertaine du service public audiovisuel dans le pays, le chercheur Mattia Ferretti a indiqué que selon un récent sondage, 57% des Suisses se disent favorables à une abolition de la taxe, qui s’élève actuellement à 462CHF annuels (soit 390€, le plus haut montant en Europe). Dans tous les cas même si la redevance est maintenue, le gouvernement a d’ores et déjà prévu d’abaisser son montant à 365CHF par an, ce qui placera ainsi l’audiovisuel public suisse « sous la plus grande pression financière de son histoire », selon le chercheur.

Mais malgré ces contestations montantes, les services publics audiovisuels à travers l’Europe peuvent se targuer de rester des médias de référence en matière de qualité et de fiabilité des contenus. En décembre 2016, 80% des Allemands déclaraient ainsi que l’audiovisuel public était indispensable, et 72% considéraient que la télévision était crédible. Même tendance au Royaume-Uni où une étude de l’Ofcom indique que 78% des téléspectateurs britanniques se déclaraient satisfaits de l’offre audiovisuelle publique en 2016 (+2 points par rapport à 2006) et 75% affirmaient avoir confiance dans les programmes du service public, soit une hausse de 5% par rapport à 2015 !


La suite ici  : Secousse sismique pour l’audiovisuel public en Europe

27.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.