Aux Etats-Unis, la pression s’accroît sur l’enquête russe de Robert Mueller


pression

 

Matthew Whitaker, le ministre de la justice par intérim qui remplace Jeff Sessions, est un adversaire déclaré du procureur spécial. Ancien procureur et homme d’affaires, Matthew Whitaker est connu pour avoir développé des relations étroites avec la Maison Blanche, où il était considéré comme un allié politique fiable.

 

 


Depuis deux mois, le procureur spécial Robert Mueller et ses équipes s’étaient montrés encore plus discrets que d’habitude. La coutume établie par le ministère de la justice, imposant aux magistrats de se garder de toute inculpation à caractère politique dans les soixante jours précédant un scrutin, a semble-t-il fait son effet. La fin de la trêve électorale sifflée brutalement par Donald Trump au lendemain des « midterms », mercredi 7 novembre, en remplaçant le ministre de la justice, Jeff Sessions, par son chef de cabinet, Matthew Whitaker, a remis la délicate enquête russe sur le devant de la scène.

En juillet 2017, peu avant d’entrer dans le cabinet de Jeff Sessions, Matthew Whitaker avait émis sur CNN l’idée de couper les fonds fédéraux aux équipes du procureur spécial. « Une baisse drastique signifierait l’arrêt de l’enquête », avait-il alors lancé devant les caméras.

Un mois plus tard, il reprit sur son compte Twitter le titre d’un article du site Philly.com, « Un conseil à l’avocat de Trump : ne coopérez pas avec le gang de lyncheurs de Mueller ». Dans son Tweet, il précisait que l’article « valait la peine d’être lu ». L’annonce de sa nomination n’a toutefois pas permis de déterminer si le nouveau ministre par intérim allait prendre directement en charge la supervision de cette tentaculaire enquête, qui n’a eu de cesse d’empoisonner la présidence de Trump.

La suite ici  : Aux Etats-Unis, la pression s’accroît sur l’enquête russe de Robert Mueller

9.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.