Aux Etats-Unis, les Noirs victimes récurrentes de dénonciations injustifiées


dénonciations

 

 

Jesse Hamilton, un élu noir de New York, veut que cessent ces appels injustifiés à la police.Dans un texte, il propose qu’un tel comportement à l’égard d’un Noir innocent soit à l’avenir qualifié de « crime de haine ».

 


Les larmes de Jeremiah Harvey, 9 ans, et l’incrédulité de sa mère,récemment interviewés sur la chaîne américaine ABC, sont les dernières manifestations d’une crispation croissante dans le pays. Mais le garçonnet, lui, ne comprend toujours pas tout à fait ce qui lui est arrivé. Le 16 octobre, une femme blanche, croisée dans l’épicerie de quartier à New York où il faisait des emplettes avec sa mère et sa petite sœur à la sortie de l’école, l’a accusé de « harcèlement sexuel » après avoir senti « une main lui toucher le c… », ainsi qu’elle l’a élégamment résumé lors d’un appel à la police. La vidéo de la caméra de surveillance, abondamment diffusée, a par la suite démontré que le sac à dos du petit garçon avait effectivement frôlé le postérieur de Teresa Klein. Rien de plus. La femme s’est excusée, mais Jeremiah, encore traumatisé par ses vociférations et la peur « d’aller en prison », en a juste conclu : « Cette femme a besoin d’être aidée. »

Ce désolant incident aurait pu passer inaperçu s’il n’était venu s’ajouter aux multiples faits divers du même ordre qui déferlent sur les réseaux sociaux et dans les journaux depuis quelques mois. Symbole de la méfiance et de l’agressivité qui caractérisent aujourd’hui la société américaine, ils mettent aux prises de manière répétée une femme blanche et un homme (ou un enfant) noir. Un jeune homme de Géorgie en a dernièrement fait l’expérience. Ami d’une famille blanche dont il gardait les deux jeunes enfants, il a été pris à partie par une femme blanche, non identifiée, visiblement inquiète de cette proximité. Elle aussi a appelé la police, qui est intervenue, au grand désarroi de la mère de famille. « Mes enfants ne pleuraient pas, n’avaient pas l’air en détresse. Faut-il comprendre que le baby-sitter a été contrôlé car il était noir ? », a-t-elle demandé en substance à l’un des policiers. « Apparemment », lui a-t-il répondu.

La suite ici  :#LivingWhileBlack : aux Etats-Unis, les Noirs victimes récurrentes de dénonciations injustifiées

5.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.