Aux Mondiaux d’athlétisme de Doha, le naufrage du sport







Chaleur insoutenable, tribunes vides… Le spectacle offert par les championnats de Doha montrent que lorsque les intérêts financiers et diplomatiques priment, ce sont les sportifs qui sont sacrifiés. En toile de fond, les soupçons sur l’attribution de la compétition par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) sont lourds, au point que le Parquet national financier a ouvert une information judiciaire, en 2016, pour « corruption » et « blanchiment aggravé ».



Comme on pouvait le craindre, le spectacle offert par les Mondiaux d’athlétisme, qui ont débuté le 27 septembre et se déroulent jusqu’au 6 octobre à Doha (Qatar), est celui d’un naufrage. Il y a d’abord les conditions climatiques. Les compétitions avaient été décalées pour éviter les brûlures de l’été. Mais, avec une chaleur étouffante et surtout de forts taux d’humidité (jusqu’à 60 % et 70 %), les épreuves s’enchaînent au détriment de la santé des athlètes, y compris de nuit, quand le thermomètre ne redescend pas en deçà de 45 °C. Le jour de l’ouverture, le marathon féminin a donné lieu à 28 abandons.

Huit stades ont été construits dans des conditions socialement indignes en vue de la Coupe du monde de football organisée en 2022 dans ce pays du golfe Persique. Nul n’a semblé se soucier du sort des travailleurs dépourvus de toute protection sociale qui ont bâti ces infrastructures parfois au prix de leur vie. Le bilan humain est lourd : un mort par jour sur les chantiers. Selon Amnesty International, des centaines de tâcherons attendent toujours d’être payés depuis des mois et sont parfois expulsés s’ils demandent à l’être.

La suite ici  : Aux Mondiaux d’athlétisme de Doha, le naufrage du sport

6.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.