« Aux States, les hommes n’osent plus prendre l’ascenseur avec les femmes. » Ah oui ?


prendre l'ascenseur

« J’ai entendu dire, pour la première fois en 1994, de la bouche d’un participant à un débat télévisé, qu »aujourd’hui, en Amérique, les hommes ont peur d’être dans un ascenseur seuls avec une femme’. Il énonçait cette ânerie comme un fait prouvé et vérifié. »


Aux États-Unis, les hommes éviteraient de monter les étages en compagnie de l’autre sexe, affirment ceux qui craignent que la lutte contre le harcèlement sexuel aille trop loin. La complainte commence à être connue : bientôt, du fait des fureurs féministes, on ne pourra plus s’envoyer en l’air. Cette lamentation prend parfois un tour littéral : ainsi, Christophe Castaner a récemment fait part de ses inquiétudes à propos du mouvement #balancetonporc.

Cette inquiétude d’entraver le monte-charge (un moyen de transport au demeurant fort peu écologique) revient régulièrement dans la bouche de ceux qui craignent que la lutte contre le harcèlement sexuel ne finisse par geler les relations hommes-femmes.

Malgré les dénégations des féministes, qui appellent « mythe de l’ascenseur » ce qui est pour elles une fable sans fondement réel, l’argument ressort sans cesse : aux États-Unis, des hommes éviteraient de monter les étages en compagnie de l’autre sexe, par pur instinct de protection ; dans ces cabines exiguës, où les odeurs de caoutchouc se mêlent à la chaleur des haleines, les femmes pourraient facilement se muer en folles accusatrices.

Qu’en est-il réellement ? Nous sommes partis en quête des origines de cette anecdote ressassée.


La suite ici : « Aux States, les hommes n’osent plus prendre l’ascenseur avec les femmes. » Ah oui ?

9.02.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.