Avec Extinction Rebellion, un nouveau type de combat écologiste émerge






Le mouvement partage son modèle d’organisation et action novateur avec d’autres nouveaux acteurs de la lutte pour l’environnement, tels que Youth for climate et Citoyens pour le climat.





A Paris, ils ont occupé la place du Châtelet, le Pont aux Change puis la rue de Rivoli. A Londres, les alentours de Westminster et même l’aéroport de London City. Et d’autres sites stratégiques ou symboliques dans une soixantaine de villes, de New York à Sydney. En une semaine de « rébellion internationale », les quelque 100.000 militants d’Extinction Rebellion (XR), mouvement créé au Royaume-Uni il y a à peine un an, ont imposé leur présence sur la scène mondiale du combat écologique.

Ils ont également suscité le débat sur l’efficacité et la pérennité d’un nouveau modèle de lutte environnementale. Qu’ils incarnent et partagent avec de nombreux autres mouvements émergents, tels que Youth for climate ou Citoyens pour le climat.

Par rapport au modèle associatif traditionnel des ONG, ces mouvements insistent en effet sur leur caractère « ouvert », permettant à toute personne motivée par leur combat et adhérente à leurs valeurs (parfois définis par des chartes) de les rejoindre librement lors d’événements partagés sur les réseaux sociaux. Ils revendiquent également une « structure la plus horizontale possible », fondée sur le travail de comités locaux indépendants, de groupes thématiques, ainsi que sur une coordination nationale et internationale purement informelles

La suite ici : Avec Extinction Rebellion, un nouveau type de combat écologiste émerge

13.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.