Avortement : la morale de l’éthique



 




Le débat sur l’avortement revient donc au parlement. C’est un signal politique assez intéressant. Tout d’abord cela rappelle à tous que c’est bien le gouvernement qui est () en affaires courantes. Le parlement lui ne l’est pas. C’est sur des problèmes éthiques que des avancées sont envisageables. On le voit pour la dépénalisation complète de l’avortement. Mais on l’a vu aussi à propos de l’allongement du congé de paternité (qui lui a en plus des implications budgétaires importantes) ou de la clause de conscience pour l’euthanasie. 



C’est sur des problèmes éthiques, par définition non urgents, que des avancées sont envisageables. On le voit pour la dépénalisation complète de l’avortement. Mais on l’a vu aussi à propos de l’allongement du congé de paternité (qui lui a en plus des implications budgétaires importantes) ou de la clause de conscience pour l’euthanasie.

Il n’est pas dit que ces accords auront lieu, mais au moins il y a recherche d’un consensus. Il est assez remarquable qu’un sujet éthique aussi clivant que la dépénalisation totale de l’avortement, un débat qui dans de nombreux pays soulève des passions, soit chez nous un des rares sujets ou on pourrait trouver un accord, un consensus. Comme si les sujets éthiques devenaient le plus petit dénominateur commun de l’assemblée parlementaire et à travers elle de la population belge.

Ceci met au jour un aspect peu évoqué de l’élection du 26 mai : le recul des conservateurs en matière éthique. Malgré la progression du Vlaams Belang (+15 sièges), les conservateurs ont plutôt reculé dans le pays N-VA, CD & V et cdH (-18 sièges). Avec la montée en puissance des verts (+9), et du PTB-PVDA (+10), le rapport de force s’est légèrement renforcé en faveur des progressistes et pourrait déboucher, on le verra, sur une majorité. En 1999, ce clivage progressistes/conservateurs avait servi de ciment au premier gouvernement Verhofsadt, dont faisaient partie les verts, les socialistes et les libéraux. On imagine assez mal le PTB et le VLD ensemble dans un gouvernement. Mais cela pourrait au minimum servir de base à un rapprochement entre les verts, les rouges et les bleus aux dépens du CD & V et, qui sait, de la N-VA.

La suite ici : Avortement : la morale de l’éthique

24.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.