Benjamin Netanyahou. Le Roi est nu.







Affaibli, critiqué sur son alliance avec les religieux et même contesté en interne, le « Roi Bibi » pourrait perdre sa couronne. Miné par les affaires, prêt à tout pour rester au pouvoir, et de fait cédant aux demandes les plus scandaleuses de ses alliés, le « Roi Bibi » est un colosse aux pieds d’argile. Il en devient gênant pour son propre parti.




Un seul et unique député. C’est ce qui a manqué à Benjamin Netanyahou pour former une majorité à l’issue des élections générales en avril dernier. Un seul et unique député et c’était enfin l’assurance pour le Premier ministre de mettre en place son grand dessein : le vote d’une loi d’immunité afin d’échapper aux poursuites judiciaires dans trois affaires de corruption, ainsi qu’une loi visant à affaiblir la Cour suprême. Le bien nommé « Roi Bibi » aurait alors régné sur une coalition forte de 65 membres, portée par un parti Likoud tout puissant, en tenant à distance aussi bien ses opposants politiques que les juges. Mais patatras, le refus de son allié Avigdor Liberman de rejoindre les ultra-orthodoxes dans la coalition l’a fait échouer à la porte d’un cinquième mandat.

Las, il a préféré dissoudre la Knesset et -fait unique dans l’histoire d’Israël- provoquer de nouvelles élections que de permettre à Gantz de former un gouvernement. Ultime précaution : une résolution du Likoud lui assure d’être le leader du parti au scrutin du 17 septembre prochain. Des manœuvres habiles, de celles qui fondaient jadis sa réputation de « magicien » de la politique. Mais Netanyahou a perdu la vista. Son échec est criant, la crise politique sans précédent. Ce qui lui est arrivé est « pire qu’une défaite », disent ses proches, « c’est une fausse victoire ». Effarés, les Israéliens découvrent que le Premier ministre était prêt à tout pour l’emporter, y compris à accepter la séparation hommes/femmes dans l’espace public réclamée par les ultra-orthodoxes.

La suite ici :Benjamin Netanyahou. Le Roi est nu. – VU D’ISRAEL

11.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.