Biodiversité : la Terre paye en espèces



 




A l’aube de la sixième extinction de masse, des scientifiques du monde entier alertent les politiques sur la destruction accélérée du vivant. Seul moyen de limiter les dégâts : changer radicalement de modèle économique.




 

Un million d’espèces vivantes pourraient disparaître dans les toutes prochaines décennies, sous le coup des activités humaines. Au moins 680 espèces de vertébrés ont péri depuis le XVIe siècle, et beaucoup d’autres s’éteignent avant même que l’humanité ne les découvre. Le constat est vertigineux, difficile à croire, mais impossible à contredire. Il est le fruit du travail de 145 experts issus de 50 pays, sur les trois dernières années, soit le document le plus exhaustif réalisé à ce jour.

Basé sur une revue systématique d’environ 15 000 références scientifiques et gouvernementales, le rapport de 1 800 pages est publié ce lundi par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes), souvent considérée comme le «Giec de la biodiversité».

La Terre serait ainsi au début de la 6e «extinction de masse», si on ne déploie pas les moyens pour l’empêcher. «La santé des écosystèmes dont nous dépendons, ainsi que toutes les autres espèces, se dégrade plus vite que jamais, alerte le président de l’Ipbes, Robert Watson. Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier. Le rapport nous dit aussi qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial.»

La suite ici :https://www.liberation.fr/planete/2019/05/05/biodiversite-la-terre-paye-en-especes_1725157

7.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.