Boris Cyrulnik : « Être résilient, c’est aller vers un nouveau développement »




Boris Cyrulnik livre trois conseils pour affronter le confinement : l’action, l’affection et la réflexion. Et esquisse une voie à emprunter pour éviter de revivre un tel traumatisme : oser imaginer un modèle de développement différent. 


Ceux qui ont grandi dans une famille stable et sécurisante, qui ont un bon réseau amical, ceux qui ont appris à communiquer, vont téléphoner, lire, écrire, se remettre à la guitare, inventer des rituels, se débrouiller grâce à ces facteurs de protection acquis au cours de leur développement antérieur. À l’opposé, ceux qui ont acquis des facteurs de vulnérabilité, isolement sensoriel, carences affectives, maladies, précarité sociale… peuvent avoir plus de mal et risquent même de sortir du confinement avec un trauma. Ils ont davantage besoin d’aide.

Quels conseils alors pour gérer la crise ?

La protection repose sur trois axes : l’action, l’affection et la réflexion. Les deux premiers sont des tranquillisants naturels qui permettent d’éviter les tranquillisants chimiques. Pour l’action, il faut bouger au moins une heure par jour, ce qui aide à sécréter des endorphines, dehors si possible et sinon en suivant par exemple des cours de sport sur internet. Il faut avoir une discipline. Je reçois d’ailleurs beaucoup de messages de gens qui se mettent à bricoler, à repeindre leurs volets, ceux-là seront sauvés !

L’affection est un autre tranquillisant. Le confinement est l’occasion de faire une déclaration d’attachement à nos proches, de renforcer les liens. Pendant les guerres, les soldats ont souvent tenu grâce aux lettres de leurs proches.

La réflexion enfin : cela peut être la méditation, la spiritualité si l’on est croyant, la lecture, l’écriture d’un journal intime qu’on laissera à nos enfants, ou même d’un roman ! Cette plongée intérieure permet de retrouver de la liberté, des ressources qui aideront à la résilience. Pour l’instant, nous sommes dans l’affrontement de la crise. La résilience est la reprise d’un nouveau développement après le confinement, après le traumatisme.

La suite ici : https://www.wedemain.fr/Boris-Cyrulnik-Etre-resilient-c-est-aller-vers-un-nouveau-developpement_a4633.html

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.