Brésil. « C’est un projet fasciste »


fasciste

 

 

Avant son élection, Bolsonaro promettait notamment de libéraliser l’accès aux armes à feu, de faciliter les projets industriels en Amazonie et de « nettoyer le pays des marginaux rouges ». Derrière cette loi de la majorité, il y a l’idée d’une communauté ‘pure », c’est-à-dire blanche, chrétienne, hétérosexuelle et propriétaire. Les autres ne pourront pas réclamer de droits ou de protection.

 


Son slogan ? « Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous ». Une référence « assumée » au Deutschland über alles (« l’Allemagne au-dessus de tout »), l’hymne nazi, selon Maud Chirio, historienne spécialiste de l’histoire contemporaine du Brésil et maître de conférences à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée. S’il fait 81 pages, le programme (PDF, en portugais) du candidat d’extrême droite « reste peu détaillé » : « C’est un choix assumé, Jair Bolsonaro et son équipe expliquent qu’ils ne voulaient pas être attaqués sur les détails par leurs adversaires donc ils n’ont pas souhaité le dévoiler en intégralité », explique l’historienne, interrogée par franceinfo avant le second tour.

Conséquence : les électeurs votaient « sur des idées générales et sur une personne plutôt que sur un programme précis », poursuit Maud Chirio. Toutefois, Jair Bolsonaro a promis, via des prises de parole publiques, de s’attaquer aux multiples maux qui bouleversent le Brésil : chômage, crise économique, insécurité… Voici ce que l’on sait du programme du nouveau président.

La suite ici  : « C’est un projet fasciste » : ce que contient le programme de Jair Bolsonaro, le nouveau président du Brésil

3.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.