Brexit: un accord était si proche, puis Theresa May se souvint de ses alliés nord-irlandais


alliés nord-irlandais

« On aura rarement vu un si petit nombre de votants peser d’un si grand poids. Les 292 000 électeurs qui ont voté pour le DUP aux législatives de juin ont dit non à un accord qui concerne 500 millions de citoyens de l’UE. »


Tout devait se dérouler avec autant de fluidité qu’un épisode de Danse avec les stars. » Pour décrire le fiasco de Bruxelles du lundi 4 décembre, la presse britannique et irlandaise, à l’image du Irish Times, file la métaphore artistique. La chorégraphie bien huilée du déjeuner entre Theresa May, Jean-Claude Juncker et le négociateur en chef côté européen Michel Barnier censé entériner la fin de la première phase des négociations sur le Brexit a pris fin subitement avec l’entrée en scène d’une personne : Arlene Foster, la dirigeante du Democratic Unionist Party (DUP), allié nord-irlandais de Theresa May à Westminster.

Les concessions de Londres sur la facture de sortie, les droits des citoyens et la frontière irlandaise n’ont donc pas suffi à sceller un accord permettant l’ouverture des discussions sur le futur accord commercial. La faute à deux petits mots. « Alignement réglementaire » continu entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande une fois le Royaume-Uni sorti du marché unique. Une formule volontairement plus floue que « l’absence de divergence réglementaire » souhaitée par le gouvernement irlandais. Mais trop radicale au goût du DUP, qui l’a fait savoir à Theresa May en plein déjeuner, par téléphone.


La suite ici : Brexit : un accord était si proche, puis Theresa May se souvint de ses alliés nord-irlandais

6.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.