Brexit : la tempête Farage






L’ex-leader europhobe de l’Ukip a fondé il y a trois semaines The Brexit Party, déjà crédité de 34 % des voix aux européennes, auxquelles le Royaume-Uni participe finalement.




Les applaudissements frénétiques font vibrer le sol sous lequel dorment les vestiges d’une mine de charbon. Les hurlements du bon millier de personnes debout qui scandent «nous voulons sortir, nous voulons sortir !» réveillent peut-être les fantômes du passé de la région, simplement baptisée «le nord-est» de l’Angleterre.

Mais ce samedi après-midi, la foule compacte – environ 1 300 personnes qui ont chacune payé 2,5 livres sterling (2,90 euros) -, serrée dans le hall vibrant sous le rock’n’roll, n’est là que pour une seule vedette, un revenant jamais vraiment disparu. «Décidément, je vais probablement finir comme le saint patron des causes perdues», lance Nigel Farage à la foule qui explose d’un rire où perce l’adoration. Très simplement, l’ancien dirigeant du parti europhobe Ukip, désormais à la tête du nouveau Brexit Party fondé il y a trois semaines, explique être là pour «sauver la Cause», le nouveau nom du Brexit, mais aussi pour «changer la politique pour de bon».

A 55 ans, il est dans son élément, haranguant les foules de sa voix de stentor, sarcastique et simpliste à la fois. Il assène son message, se présente comme l’homme providentiel, obligé de sortir de sa retraite (très dorée, puisqu’agrémentée d’une série d’émissions de radio, sans oublier son poste de député européen dont il continue à toucher le salaire en dépit d’un absentéisme marqué) pour sortir le pays «du chaos où il se trouve».Il insulte tour à tour le négociateur en chef européen, Michel Barnier, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le coordinateur du Brexit au Parlement européen, Guy Verhofstadt, ou le président du Conseil européen, Donald Tusk, et la salle, chauffée à bloc, le suit comme un seul homme.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/05/12/brexit-la-tempete-farage_1726564

14.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.