Brexit : l’accord « mathématiquement mort » au parlement, Theresa May joue sa survie


survie

 

 

Loin de démissionner, Theresa May s’est présentée en campagne pour défendre l’accord. Quand on lui demande si elle est dans le déni sur le fait que celui ci ne sera pas adopté par le Parlement, elle répond qu’elle fait son job dans l’intérêt du pays.

 


Après cette série de coups durs,  la Première Ministre a présenté aux parlementaires les termes de l’accord. Ses explications n’ont pas convaincu les parlementaires dont les critiques se sont faites plus vives encore que la veille à la lecture du contenu du projet d’accord.

Nigel Dodds leader au parlement des unionistes d’Irlande du Nord juge que le texte constitue une trahison. Il estime que Theresa May n’a pas respecté ses promesses, ne les écoute pas et qu’elle a brisé l’accord de confiance qui liait le DUP aux conservateurs. Dès lors, la locataire de Downing Street se retrouve à la tête d’un gouvernement minoritaire. Malgré tout, elle a martelé, tout au long de la journée, que son accord aussi insatisfaisant soit-il était la seule solution viable. Sans surprise, le Labour party a appelé a rejeter l’accord. Une fois n’est pas coutume, les tories se sont bien gardés de chahuter Jeremy Corbyn lorsqu’il formulait ses critiques sur le contenu de l’accord.

A l’issue du débat, il est évident que Theresa May n’a pas de majorité pour le faire adopter. Elle peut compter sur 180 élus conservateurs, les autres groupes parlementaires ont annoncé qu’ils s’opposeraient à ce accord. Et il est peu probable qu’elle trouve 320 parlementaires pour l’adopter en l’état.

La suite ici  :  Brexit : l’accord « mathématiquement mort » au parlement, Theresa May joue sa survie

17.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.