Brexit : les Britanniques dupés par le flegme européen








Persuadés que les Vingt-Sept ne parviendraient pas à conserver un front uni, les partisans du Brexit ont dès le départ poussé Theresa May à la faute. Et c’est tout l’inverse qui s’est produit.Face à une menace existentielle, le risque que le départ d’un Etat-membre aboutisse à l’explosion de l’Union, les Vingt-Sept ont serré les rangs dès le référendum de juin 2016. 



Rien ne s’est passé comme prévu après le référendum du 23 juin 2016 qui a vu la victoire du Brexit (par 51,9% contre 48,1%). Contre toute attente, les Européens sont demeurés farouchement unis face aux exigences britanniques, alors que le Royaume-Uni s’est enfoncé dans une crise politique de plus en plus profonde faute de savoir ce qu’il voulait vraiment. Car il y a de multiples façons de sortir de l’Union, toutes douloureuses. Il n’y a décidément que dans Astérix que des braillards dépenaillés et désorganisés parviennent à triompher des légions romaines parfaitement ordonnées et rompues au combat.

Ce que les meneurs de la campagne du Brexit envisageaient avant le référendum n’a donc pas fonctionné. Ils ont gagné le vote, ce qui n’était pas vraiment leur objectif. Même le plus eurosceptique de tous, Nigel Farage, a reconnu n’avoir pas envisagé que le Brexit l’emporterait. Les eurosceptiques espéraient un résultat serré, mais dans l’autre sens, ce qui leur aurait offert la possibilité d’exercer une forte pression sur le gouvernement vis-à-vis de l’Union européenne. Une fois le Brexit choisi par 17,4 millions d’électeurs (contre 16,1 millions), Theresa May s’est retrouvée désignée Première ministre par défaut, après le carapatage des leaders du Leave, à savoir Boris Johnson et Michael Gove. Elle a alors commis une première erreur en établissant des «lignes rouges»immédiates.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/10/16/brexit-les-britanniques-dupes-par-le-flegme-europeen_1758069

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.