Brexit : les députés britanniques infligent un nouveau camouflet à Theresa May


camouflet

 

 

L’exécutif a fait l’objet mardi d’un vote hostile de la Chambre des communes. Les pro-européens exigent un nouveau référendum. L’éventualité d’un second référendum a pris un peu plus de consistance, mardi, avec l’avis rendu par l’avocat général de la Cour de justice de l’UE qui estime que Londres peut renoncer unilatéralement au Brexit sans accord des Vingt-Sept. 

 


Theresa May a essuyé deux défaites cuisantes avant même que ne débute, mardi 4 décembre au soir à Westminster, le débat parlementaire de cinq jours sur l’accord de divorce passé avec l’UE. Première dans l’histoire politique britannique, le gouvernement de Mme May a été déclaré coupable d’« outrage au Parlement » par une majorité de députés, pour ne pas avoir rendu public l’intégralité de l’analyse juridique officielle de l’accord sur le Brexit sur lequel les élus doivent voter mardi 11 décembre. Le gouvernement devra obtempérer.

Theresa May, qui fait pression pour obtenir un vote positif en répétant que les seules alternatives à son accord seraient, soit un vide juridique (« no deal ») catastrophique pour l’économie, soit un abandon du Brexit qui trahirait les électeurs, a subi un second revers quand a été approuvé, avec le renfort de 26 députés conservateurs, un amendement déposé par l’ancien attorney general et député tory Dominic Grieve.

Son amendement permet aux députés d’imposer un « plan B » au gouvernement si, comme c’est très possible, ils rejettent mardi prochain l’accord avec Bruxelles. Le texte de M. Grieve, un pro-européen partisan d’un second référendum, permettrait au Parlement d’écarter la menace d’un « no deal » en forçant le gouvernement soit à renégocier avec l’UE, soit à organiser un second référendum.

La suite ici : Brexit : les députés britanniques infligent un nouveau camouflet à Theresa May

6.12.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.