Brexit : l’étau se resserre autour de Theresa May


étau

 

 

Cette guérilla parlementaire répond à la dramatisation orchestrée par le gouvernement.Pour Theresa May,  si aucune majorité n’est rassemblée autour de son projet, la sortie se fera sans accord, occasionnant un Brexit dur.  La première ministre est toujours prise entre les feux croisés de deux minorités bloquantes : les partisans, conservateurs, d’un Brexit dur, d’un côté ; les partisans d’un deuxième référendum sur le sujet, de l’autre. 

 


Le début d’année se révèle houleux pour Theresa May. En quelques jours, elle a subi défaite sur défaite au sein de la Chambre des Communes dans ce qui apparaît comme une guérilla parlementaire. De tous les partis, y compris au sein des Conservateurs, des amendements émergent pour bloquer la perspective d’un Brexit sans accord. Il aura suffi d’une vingtaine de défections dans le camp tory pour imposer deux camouflets consécutifs en ce début de semaine. Un avertissement avec frais avant le vote définitif sur le projet de sortie défendu par la leader des Tories. Il doit avoir lieu le 15 janvier prochain.

Ce n’est pas vraiment une surprise, dans la mesure où, déjà, Theresa May a été sèchement rappelée à l’ordre quant au fonctionnement de la démocratie parlementaire britannique. C’est bien aux membres du parlement que doit, toujours, revenir le dernier mot. Mardi 8 janvier, les élus ont voté un amendement qui impose à la Première ministre qu’elle produise, dans un délai de trois jours, une nouvelle proposition si son projet de texte sur le retrait était battu. Ce rajout renvoie à un vote similaire, intervenu le 17 décembre 2017, à l’issue duquel il était stipulé que la Chambre des Communes aurait le dernier mot sur le Brexit

La suite ici : Brexit : l’étau se resserre autour de Theresa May

14.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.