Bulle de filtre et désinformation: Facebook, une entreprise politique?


Bulle de filtre

Comme le souligne avec brio le sociologue Antonio Casilli, FB est d’abord un « marché de nos contacts et de notre engagement actif » fondé sur un système de production de clics fondé sur du travail caché – parce que délocalisé. C’est l’économie du clic et du digital labor qui a aidé la victoire de Trump, conclut le sociologue.


On l’a déjà souligné. La question des bulles de filtres que favorisent nos outils sociaux semble devenir plus complexe à mesure qu’on cherche à la cerner. Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les commentaires et analyses vont bon train. Paul Bradley Carr, le directeur éditorial de Pando.com, a été l’un des premiers à appuyer exactement là où ça fait mal.

Dans un billet énervé, il soulignait que des gens de Twitter et Facebook lui avaient confirmé que tôt dans la campagne de Trump, une décision avait été prise d’exempter les comptes du candidat des règles et standards de régulation habituelle. « Dans les deux entreprises, à leur sommet, il a été décidé, que les candidats à la présidentielle étaient un cas spécial, et qu’il servait les intérêts de la démocratie de les autoriser à dire ce qu’ils voulaient dire, n’importe quand, sans filtrage. Et c’est ainsi que nous avons vu Trump utiliser ses tweets et la mise à jour de ses statuts pour attaquer les minorités, diffamer, injurier les femmes, et surtout mentir, tricher et voler le moyen d’arriver à la Maison-Blanche. »

La suite ici : Bulle de filtre et désinformation : Facebook, une entreprise politique ? | InternetActu.net

24.11.16



Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.