La Californie en guerre contre Trump


Californie

Dans moins de neuf mois, des élections auront lieu en Californie pour le poste de gouverneur, un siège au Sénat américain, et 53 sièges à la Chambre des représentants. Il faut s’attendre à ce que s’enflamme encore davantage le débat autour de la « résistance » face à Trump – et à ce que les Cours américaines soient plus que jamais occupées à juger de ce qui est légal, et de ce qui ne l’est pas.


Les Américains interagissent principalement avec leurs dirigeants au niveau étatique et local, sur les questions de type établissements scolaires, réseaux routiers, services de police et hôpitaux. En Californie, comme dans de nombreux autres États, l’exigence d’une plus grande autonomie locale se fait de plus en plus bruyante, faisant écho ici et là au discours des séparatistes catalans ou des Brexiteurs du Royaume-Uni. Exerçant un contrôle presque monopolistique sur la gouvernance étatique et locale de la Californie, les Démocrates s’efforcent de neutraliser l’impact de la quasi-totalité des politiques de Trump.

Une proposition de loi émanant de la législature de l’État de Californie pourrait ainsi contourner le problème du nouveau plafond imposé par la loi fiscale fédérale sur les déductions d’impôts sur le revenu et le foncier – une disposition très défavorable à la Californie, qui applique les plus forts taux d’imposition du pays, et dont les citoyens possèdent des biens immobiliers de grande valeur. En vertu de la proposition de loi de l’État, les Californiens seraient en droit de « faire don » de leurs impôts étatiques à une entité caritative écran, au titre d’une charitable contribution déductible des impôts.

Le désaccord le plus litigieux trouve sa source dans la politique d’immigration. Depuis qu’elle s’est déclarée « ville sanctuaire » en 1989, San Francisco interdit à ses forces de police de coopérer avec les agents fédéraux de l’immigration. Mais l’an dernier, c’est l’État tout entier qui s’est proclamé « sanctuaire », le procureur général de Californie Xavier Becerra envisageant désormais d’imposer des amendes aux employeurs qui coopéreraient avec les officiers fédéraux de l’immigration.


La suite ici : La Californie en guerre contre Trump by Michael J. Boskin

24.02.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.