Ce que les « révélations Snowden » ont changé depuis 2013







Relations internationales, entreprises du numérique, vie en ligne… L’onde de choc provoquée par la plus importante fuite de documents de l’histoire des services de renseignements américains se mesure encore aujourd’hui.




Dans la nuit du 5 au 6 juin 2013, le quotidien britannique The Guardian publie sur son site Internet un document secret inédit, le premier d’une invraisemblable archive soustraite à la National Security Agency (NSA). Derrière cette fuite, la plus importante de l’histoire des services de renseignement américains, un ancien agent de la CIA et sous-traitant de la NSA : l’Américain Edward Snowden.

Devenu le lanceur d’alerte le plus célèbre de la planète, il publie, jeudi 19 septembre, une autobiographie, Mémoires vives (Seuil). Il y détaille les raisons de son passage à l’acte : l’occasion d’un bilan de ce que l’on appelle désormais les « révélations Snowden ».

Les documents extraits par le jeune Américain ont donné un aperçu inédit et détaillé des capacités d’espionnage d’Internet développées par les deux principales puissances occidentales en la matière, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Ils attestent de la visée maximaliste de leur collecte de données, signe d’un bouleversement de la logique des services de renseignement : leur but est d’aspirer un maximum d’informations issues de l’écosystème numérique pour ensuite stocker et trier les données utiles à leurs enquêtes.

La suite ici  : Ce que les « révélations Snowden » ont changé depuis 2013

19.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.