Céline, Gallimard, et le choix de l’antisémitisme


Céline

Faut-il rééditer les pamphlets de Céline, comme le projette Gallimard? Un collectif d’historiens s’y oppose fermement.


Dans la France de 2018, où l’antisémitisme n’est pas qu’un mauvais souvenir mais une réalité meurtrière, où  la confusion idéologique, qui gangrène souvent le débat public, favorise la propagation de cette haine au delà des groupes antisémites patentés, on aurait pu penser qu’un accord minimal se ferait, entre éditeurs, responsables politiques, savants et citoyens, pour juger néfaste la réédition sous une couverture prestigieuse des plus monstrueux textes de haine antijuive publiés dans les années 1930 et 1940: «Bagatelles pour un massacre», « Les Beaux draps », « L’École des cadavres ».

Et pourtant, depuis l’annonce d’une telle démarche aux éditions Gallimard, parée des atours du « grand écrivain » Céline, les prises de position se multiplient pour défendre ou valider ce projet, qui ne relève pourtant d’aucune évidence ou nécessité. Autant d’arguments dont nous voulons ici montrer l’inconsistance ou l’hypocrisie.


La suite ici : Céline, Gallimard, et le choix de l’antisémitisme

10.01.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.