Ces années 30 qui hantent l’Europe


années 30

Cette crise n’est pas seulement financière car elle consacre l’échec du modèle ultralibéral européen. Ainsi, les tourmentes financières de l’Union sont-elles le symptôme profond du mal endémique de la construction européenne ayant relégué au second plan croissance et emploi. L’Europe de la fin des années 2010 ressemblera à celle des années 1930.


Avant l’adoption de l’euro, une nation européenne gagnait en compétitivité par la dévaluation de sa monnaie nationale qui dopait provisoirement ses exportations en donnant au pays en question l’illusion de se mesurer à l’Allemagne.

Un pays comme l’Italie aimerait aujourd’hui user de cette arme de la dévaluation afin de tenter de contrebalancer les niveaux de productivité allemands tout en redonnant au passage de l’oxygène à son économie. Car l’argument maintes fois brandi, selon lequel l’euro a été un rempart qui a évité la catastrophe à certaines nations fragilisées et qui a établi une zone de stabilité au sein des pays de l’Union, est désormais caduc.

L’abandon des monnaies nationales n’a fait en réalité que déplacer le problème tout en l’aggravant au passage. Le risque devise fut tout bonnement remplacé par le risque crédit avec, en filigrane, le défaut de paiement de certains pays de l’Union.

La suite ici : Ces années 30 qui hantent l’Europe –

5.09.16

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.