Ces immigrés qui ont fait la France



Ouvriers italiens, artisans russes, gouvernantes suisses…, l’immigration de masse émerge en France dans la seconde moitié du XIXe siècle. Dans ses travaux pionniers, Gérard Noiriel montre qu’elle se heurte, dès la iiie République, aux mesures discriminatoires de l’État français.

Qu’est-ce qui suscite une œuvre, une trajectoire, un engagement ? Ce sont des chemins de traverse qui ont mené Gérard Noiriel à la cité savante, explique-t-il dans Penser avec, penser contre (2003). Car dès le départ, les « fils de la grande histoire » avaient tissé les liens de sa vie… Ouvriers dans les Vosges, ses parents incarnaient en quelque sorte les « vaincus de l’histoire » Son père, tourmenté et violent, s’exile en Alsace pour retrouver du travail : la famille devient alors « immigrée de l’intérieur » et subit un sentiment d’exclusion… Enfant pauvre mais doué, G. Noiriel s’en sort scolairement – d’autant plus qu’il est poussé par des enseignants qui voyaient dans sa réussite les confirmations de leurs idéaux républicains. Il est toutefois orienté vers les « filières courtes ». L’ascension sociale s’avère dès lors difficile : il est tour à tour instituteur remplaçant, étudiant marxiste, OS à la chaîne, veilleur de nuit… Après l’agrégation d’histoire qu’il réussit tout de même à décrocher à la Sorbonne, quel meilleur sujet de thèse choisir que le monde ouvrier ?

Entretien…

La suite ici : Sciences Humaines

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.