Ceta: un équilibre entre démocratie et efficacité?


équilibre entre démocratie

C’est seulement depuis la semaine dernière que le public flamand a eu l’occasion de voir partisans et adversaires du Ceta débattre et échanger des arguments de fond. Qu’on soit pour ou contre le Ceta, un tel débat public est indiscutablement porteur d’une plus-value démocratique. S’il a pu finalement avoir lieu, c’est au PS que la Flandre le doit.


Une des leçons à tirer du récent débat autour du Ceta,c’est que la Belgique et l’Europe se débattent avec la même question : comment organiser sa prise de décision politique, tout en trouvant notamment un équilibre entre démocratie et efficacité ?

L’invitation date d’il y a presque un an déjà, mais l’actualité a soudainement rendu le timing des plus intéressants. Le moment est en effet assez propice pour participer à une conférence internationale sur le fédéralisme… au Canada. Cela me donne à nouveau l’occasion d’expliquer les spécificités du fédéralisme belge qui fait que même 75 000 germanophones pourraient bloquer à eux seuls un traité européen. Mais plus fondamentalement, le dossier du Ceta donne matière à de passionnantes réflexions sur des notions au cœur de cette rencontre académique comme la souveraineté nationale, les démocraties multilingues et les dynamiques fédérales. Autant de thèmes qui révèlent de surprenants parallèles entre les niveaux belges et européen.

La suite ici : Ceta: un équilibre entre démocratie et efficacité? – La Libre.be

30.10.16



Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.