CETA: pour certains flamingants, la Wallonie a raison de ne pas signer


Wallonie a raison

Le gouvernement wallon a reçu un ultimatum de trois jours. Mais Magnette refuse de se faire mettre sous pression et mobilise également le parlement dans un élan de démocratie qui a le don d’exaspérer Juncker et sa clique. A-t-on idée que les élus du peuple puissent s’occuper d’une matière pareille ?


Bien entendu, la situation actuelle donne à nouveau du grain à moudre à tous ceux qui exècrent les Wallons et le PS – lire ce qui s’écrit sur les médias sociaux et écouter la bronca dans les milieux libéraux et dans les cercles proches de la N-VA est édifiant à cet égard -.

Mais combien de Flamands savent-ils vraiment ce que représente ce CETA ? Pas beaucoup, et c’est précisément l’objectif : une nouvelle fois, l’Europe va tenter de régler une affaire en coulisses, comme en 2005 avec la question de la constitution. Cette année-là, les Pays-Bas et la France avaient, à la stupéfaction des eurocrates, opposé par voie de référendum leur veto à l’idée d’une constitution européenne qui primerait la souveraineté nationale. Une mésaventure que les eurocrates ne veulent pas revivre, raison pour laquelle, depuis lors, le mot « référendum » est tabou dans les cercles de l’UE.

La suite ici : CETA : pour certains flamingants, la Wallonie a raison de ne pas signer – DaarDaar

25.10.16



Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.