Charles Martel, de l’Histoire au mythe identitaire


Charles Martel

Ces phénomènes historiques que furent Charles Martel et la bataille de Poitiers ne sont devenus des éléments des imaginaires politiques qu’avec la socialisation des représentations des extrêmes droites. Si Édouard Drumont sut les redéployer dans sa mythologie antisémite, il a fallu attendre la guerre du Kosovo et le 11 septembre 2001 pour qu’ils deviennent centraux, et que puisse du même coup s’installer le mythe qu’on avait cherché à les effacer.


Première parution : Nicolas Lebourg, « William Blanc et Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers : de l’Histoire au mythe identitaire, préface de Philippe Joutard, Paris, Libertalia, 328 p. », compte-rendu dans Revue Historique, PUF, Paris, n°678, avril 2016, pp. 245-248 (voir ici pour la présentation de l’éditeur).

Cet ouvrage propose un sujet et une méthodologie originaux. Les auteurs suivent Charles Martel et la bataille de Poitiers (vers 732) de leur existence historique jusqu’à nos jours, montrant comment les restructurations mémorielles éclairent chaque moment de l’histoire. L’un des points forts de la méthodologie est de ne mésestimer aucune source. Selon les époques, sont utilisés les manuscrits, la presse, la musique, la peinture, la sculpture, la télévision, les manuels scolaires, la bande dessinée (un carnet couleur ornant le centre du livre). Le périple historique se double ainsi d’une histoire des arts, la double démarche mettant à jour une stimulante histoire des représentations. En particulier, l’accent est mis sur la façon dont les renouvellements de celles-ci sont tributaires des tensions politiques alors à l’œuvre.

La suite ici : Charles Martel, de l’Histoire au mythe identitaire – Fragments sur les Temps Présents

9/07/16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.