Chris Hughes, un de ses co-fondateurs, appelle à démanteler Facebook



 




 

« Mark ne rend de comptes à personne, il ne peut pas être licencié. (…) Le conseil d’administration de Facebook est plus proche d’un comité consultatif que d’un contre-pouvoir, car Mark contrôle 60 % des droits de vote. Mark peut décider seul comment configurer l’algorithme qui choisit ce que les utilisateurs voient dans leur fil d’actualité, et avec quels paramètres de vie privée… »




 

Dans les colonnes du New York Times, le co-fondateur de Facebook, s’est fendu d’un long texte dans lequel il s’adresse directement à son ancien collègue, l’appelant à « démanteler » le groupe Facebook en trois entités distinctes : le réseau social du même nom, Instagram et WhatsApp.

« Facebook est devenu trop gros et trop puissant », confie Chris Hugues dans la vidéo qui accompagne cette tribune. Je ne travaille plus pour Facebook depuis longtemps mais je me sens responsable de son évolution. Nous n’avons pas assez réfléchi à la manière dont l’algorithme du News Feed pouvait modifier notre façon de penser, influencer les élections ou donner une telle importance aux dirigeants nationalistes. Et je suis inquiet que Mark se soit entouré d’une équipe qui renforce ses convictions au lieu de les défier ».

C’est en 2002, à Harvard, que Chris Hughes rencontre Mark Zuckerberg. Ensemble, les deux hommes bâtissent l’architecture du futur réseau social. Mais trois ans après son lancement, Hugues quitte l’entreprise – avec au passage un pactole estimé à 430 millions de dollars – pour se lancer en politique. C’est lui, notamment, qui gèrera la campagne présidentielle en ligne de Barack Obama.

Dans sa tribune, Chris Hugues reproche notamment au patron de Facebook d’être seul aux commandes de son groupe sans rendre de comptes à personne.

La suite ici  : Chris Hughes, un de ses co-fondateurs, appelle à démanteler Facebook

18.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.