Climat: la planète perd la boule, entre pics de chaleur et déluges


la planète

 

 

Le réchauffement climatique et la demande croissante en eau qu’engendre l’expansion démographique sont pointés du doigt. Ils augurent d’un temps où l’or bleu se fera plus rare. « Il est de plus en plus important que nous valorisions l’eau comme une ressource précieuse, qu’il ne faut ni gaspiller ni polluer », estime la Banque mondiale. Moins d’eau signifie une désertification qui va s’accentuant (1,9 milliard d’hectares de terres agricoles se dégradent) et une sécurité alimentaire en péril.

 

 


Il y a trois mois, Le Cap faisait l’actualité. La ville sud-africaine échappait de peu au «  jour zéro  » et à la fermeture des robinets d’eau promis au terme de trois années de sécheresse. La Corse avait soif elle aussi. Tout comme Madrid, qu’un manque de précipitations avait mis à sec.

Aujourd’hui, ce sont des pays pour le moins inattendus qui souffrent. La Norvège bat les records de chaleur. Des températures supérieures à 30 degrés ont été signalées en plusieurs endroits. Davantage que dans certains pays situés plus au sud. « Je n’ai jamais vu cela auparavant »,commente le météorologue David Dehenauw, de l’Institut royal météorologique. En fin de semaine dernière, la Suède a fait face à une cinquantaine d’incendies, avec des températures atteignant jusqu’à 35 degrés. L’approvisionnement en eau potable pose problème en Flandre en raison d’un déficit de précipitations. Le gouverneur du Brabant flamand a publié un arrêté de police qui sanctionne dès ce lundi l’utilisation d’eau superflue dans quinze communes.

La suite ici : http://plus.lesoir.be/169309/article/2018-07-22/climat-la-planete-perd-la-boule-entre-pics-de-chaleur-et-deluges

24.07.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.