Cohabiter avec le coronavirus, dans la durée




Les dernières évolutions de la pandémie en Asie le montrent, le Covid-19 ne sera véritablement vaincu qu’une fois qu’un vaccin sera mis au point, produit et mondialement distribué, soit entre douze et dix-huit mois, selon les estimations.


Sournois et imprévisible, le Covid-19 ne cesse de surprendre. Il y a un mois, l’Asie faisait figure de modèle dans le combat contre le virus, au moment où la pandémie attaquait l’Europe. Pris de court par la violence de l’offensive, Italiens, Espagnols puis Français se tournaient vers Taïwan, Singapour, Hongkong, la Corée du Sud et même la Chine en essayant d’identifier les modes opératoires susceptibles de les sauver à leur tour. Avec un peu d’envie, aussi, pour ces autorités sanitaires si bien préparées grâce à l’expérience du SRAS en 2003, ou pour ces sociétés si disciplinées face à des contraintes jusqu’ici inimaginables en Europe.

Un mois plus tard, ces pays européens ont peut-être atteint le fameux plateau tant espéré, ce stade où l’aplatissement de la courbe des nouveaux cas et de celle des morts laisse penser que la progression de la maladie marque le pas, ne serait-ce que le temps d’un répit salutaire. Leurs gouvernements, pourtant, se gardent bien de crier victoire. Pourquoi ? Parce qu’ils regardent aussi les courbes des pays d’Asie. Et ce qu’elles révèlent est inquiétant : plusieurs de ces pays sont maintenant atteints par une deuxième vague du virus.

Le cas le plus frappant est celui de Singapour. La cité-Etat de 6 millions d’habitants a appliqué très tôt une stratégie exemplaire qui lui a permis de contrôler la propagation du virus sans avoir recours au confinement : dépistage systématique, traçage méticuleux et mise en quarantaine rigoureuse des personnes infectées, stricte restriction des déplacements et des arrivées sur le territoire. Malgré cela, le nombre de cas a subitement augmenté de manière spectaculaire début avril, en raison de transmissions locales et de contaminations par des résidents de retour.

La suite ici :Cohabiter avec le coronavirus, dans la durée

8.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.