Comment l’agro-business est sur le point de tuer le Green Deal 



L’industrie agro-alimentaire ne contamine pas seulement nos champs et nos assiettes à coups de pesticides, nitrates, et OGM. Elle empoisonne également notre système démocratique à coups de lobbying. A tel point que la nouvelle politique agricole commune (PAC) – qui doit être votée ce vendredi au Parlement européen – pourrait sonner le glas du pacte vert pour l’Europe.


L’agriculture est un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre en Europe. La faute essentiellement à l’élevage intensif et aux monocultures, qui nécessitent l’utilisation massive de pesticides et d’engrais d’origine pétrochimique. Jusqu’à présent, la PAC a encouragé le développement de cette agriculture industrielle, particulièrement néfaste pour l’environnement et la biodiversité. Mais ce n’est pas une fatalité.

Avec une enveloppe représentant plus du tiers des dépenses de l’UE pour 2021-2027, la politique agricole commune pourrait en effet être un levier majeur pour la transition écologique et solidaire.

Le 20 mai dernier, la Commission présidée par Ursula von der Leyen envoie d’ailleurs un signal fort en ce sens : dans le cadre de son « Green Deal », elle dévoile les contours de sa stratégie « De la ferme à la table » (« Farm to Fork »), dont l’objectif est de mettre en place un système alimentaire sain et durable. Ce plan ambitieux prévoit notamment d’ici 2030 de réduire de 50% l’utilisation de pesticides, de 20% l’utilisation de fertilisants ou encore de porter de 8% à 25% la part des terres agricoles affectées à l’agriculture biologique.

Bref, une petite révolution verte… qui bute néanmoins sur un obstacle de taille : la nouvelle stratégie agricole est mise sur pied au moment même où la réforme de la PAC est en cours de finalisation. Elaborée par la précédente Commission Juncker, celle-ci n’est en effet pas alignée sur les objectifs définis par le Green Deal.

Afin d’éviter que sa stratégie « De la ferme à la table » ne soit mort-née, la Commission von der Leyen aurait pu retirer le texte de la PAC post-2020. Mais elle ne l’a pas fait. Le Parlement européen aurait également pu décider de reporter son vote final en plénière prévu ce vendredi. Mais une coalition regroupant les eurodéputés conservateurs, socialistes et libéraux s’y est opposée.

La suite ici :Comment l’agro-business est sur le point de tuer le Green Deal (carte blanche)

22.10.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.