Merci, François Fillon, de rappeler que le complotisme n’est pas l’apanage des internautes


complotisme

Et même, ne pourrait-on pas imaginer qu’Internet puisse servir d’antidote à ce complotisme-là, en propageant les rectifications, en cassant les complotismes du haut ?


Depuis quelques semaines avec les sorties régulières de Donald Trump, et plus encore depuis hier soir avec la ligne de défense adoptée par François Fillon, j’avoue être rassuré. Car longtemps, j’ai cru qu’Internet était le moteur du complotisme contemporain. J’avais fini d’être convaincu par la masse des arguments en faveur de cette hypothèse.

D’abord, il y aurait le fait qu’Internet s’est constitué – avec raison parfois – comme une alternative aux médias traditionnels, donc contre tout récit consensuel, et avec une appétence pour les explications qui vont à l’encontre de ce récit. Et puis évidemment, Internet permet à quiconque de s’exprimer – sans les barrières traditionnelles que sont les éditeurs, les journalistes, les scientifiques.

Mais il y aurait aussi un rapport consubstantiel entre la manière dont fonctionne le web techniquement et le raisonnement complotiste – et je parle sciemment de “raisonnement complotiste” parce que, comme le montrent très bien des gens comme Pierre Lagrange qui ont travaillé sur ces questions, le complot est un raisonnement, lui retirer sa rationnalité propre est le meilleur moyen de ne pas le comprendre.

Techniquement, le web repose sur le lien hypertexte, la mise en lien entre des documents. Or l’essence du raisonnement complotiste consiste précisément à faire des lien, à tirer des conclusions de rapprochements.

Et puis, il y a des raisons plus triviales, mais tout aussi importantes : le public étant peu captif, les contenus qui se répandent le mieux sont les plus frappants (or le complot est frappant : dire que c’est la CIA qui a organisé les attentats du 11 septembre, ça a de la gueule…), et l’informatique permet de jouer avec les images (nombres de théories complotistes ont usé de Photoshop).

Bref, tout convergerait pour faire d’Internet LE terreau du complotisme.
La suite ici : Merci François Fillon de rappeler que le complotisme n’est pas l’apanage des internautes

26.03.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.