Un chercheur révèle l’ampleur du conspirationnisme sur YouTube


conspirationnisme

« C’est comme si rien n’était jamais assez hardcore pour YouTube », assure-t-elle, « parce que l’algorithme s’est rendu compte que si vous pouvez inciter les gens à penser que vous pouvez leur montrer quelque chose de plus hardcore, ils sont susceptibles de rester plus longtemps, pendant que Google leur donne des publicités. »


Jonathan Albright, directeur de recherche au Tow Center for Digital Journalism, et data journaliste, a plongé dans les entrailles de YouTube pour mener l’enquête. En partant du mot-clé « crisis actor », en référence à la théorie du complot née après la tuerie de Parkland, il a abouti, via l’outil de recommandation de YouTube, à un réseau de 8 842 vidéos dont la majorité recèlent une théorie conspirationniste, et qui cumulent au total 4 milliards de vues. Sa conclusion ? Une profonde inquiétude, alors que plusieurs chercheurs ont déjà mis en évidence les effets pervers des algorithmes de recommandation de la plateforme, qui augmentent l’exposition de l’internaute à des contenus de plus en plus radicaux.

Le 14 février dernier, la tuerie de Parkland (Floride) fait 17 morts et une quinzaine de victimes. Dès le lendemain, plusieurs lycéens rescapés témoignent devant les caméras. Parmi eux, David Hogg, 17 ans. Le jeune homme est aussitôt accusé, sur les réseaux sociaux, et comme ses camarades par la suite, d’être en réalité un « crisis acto », soit un « acteur de crise », payé pour jouer la victime lors d’une situation dramatique dans le but de défendre une position politique, en l’occurrence la nécessité d’un changement de législation sur les armes à feu.


La suite ici : Un chercheur révèle l’ampleur du conspirationnisme sur YouTube

11.03.18

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.