Convergence d’idéologies entre le Belang et l’assaillant de Christchurch






Les points de convergence entre les discours et les idéologies nauséabondes de Brenton Tarrant, du Vlaams Belang et de Dries Van Langenhove sont indéniables. Mais le parti a-t-il conscience des conséquences ultimes de ce positionnement ? En donnant l’accolade à Robinson et à Van Langenhove, il légitime les propos nauséabonds qui se répandent dans les ténèbres virtuelles des forums d’extrême-droite. 




« L’homme peut se battre pour sa liberté, mourir pour elle. Notre liberté en vaut la peine. » C’est par ces mots que Tommy Robinson, activiste islamophobe britannique, a conclu son intervention samedi dernier, devant les sympathisants du Vlaams Belang à Anvers.

Au lendemain de l’attentat terroriste commis par Brenton Tarrant en Nouvelle-Zélande, qui a coûté la vie à cinquante personnes, ces propos constituent une provocation totalement déplacée. Pour rappel, ce même Tommy Robinson avait déjà été banni de Facebook, de Twitter et d’Instagram pour ses déclarations outrancières sur les migrants et les musulmans. Des sorties qu’il revendique au nom d’une « liberté d’expression absolue ».

La venue de Robinson en Flandre apporte une indication claire du positionnement envisagé par le parti avant et après les élections du 26 mai. À la droite radicale du spectre politique. En dehors du cordon sanitaire. Le Vlaams Belang se distancie donc des autres partis, à dessein. Il ne prétend même plus lutter contre sa mise à l’écart du pouvoir.

La suite ici : Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande : convergence d’idéologies entre le Belang et l’assaillant – DaarDaar

20.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.