Coronavirus in USA : Les riches gagnent, les pauvres perdent.




Attention, cet article est à lire en se pinçant le nez. Ça pue. Ou bien, comme l’a dit Donald Trump l’autre jour avec une candeur obscène : « C’est peut-être l’histoire de la vie ». Les riches gagnent, les pauvres perdent. Les riches se protègent contre le virus, les pauvres se le prennent en pleine tronche, sans masque économique pour se protéger. Circulez.


Sauf que cela ne passe pas. Même sur la chaîne « Fox News », l’animateur Tucker Carlson, tellement proche de Trump qu’il murmure à son oreille, a piqué jeudi 19 mars une grosse colère. Sa cible ? Le sénateur républicain et allié de Trump, Richard Burr, accusé par Carlson d’avoir « trahi son pays par temps de crise ». Pas moins. Il faut dire que le sénateur millionnaire de Caroline du Nord, patron de la toute-puissante Commission du Renseignement, y est allé fort. En public, sur « Fox News » justement, il encensait une administration censée « aider à protéger les Américains » ; en privé, il vendait à toute vitesse ses actions dans des sociétés hôtelières pour un montant compris entre 600 000 et 1,7 million de dollars. D’autres sénateurs ont fait pareil.

Bienvenue dans l’Amérique des rich and famous ! Où que l’on regarde, ils sortent leurs coupe-file et grillent toute la queue. Les tests de dépistage, en nombre toujours insuffisant ? Les célébrités d’Hollywood n’ont pas beaucoup de mal à se les procurer. Sur la côte Ouest, beaucoup fréquentent des hôpitaux quatre étoiles et sont clients du cabinet médical privé LifeSpan, le genre de société offrant le service d’un concierge.

La suite ici : Attention, cet article est à lire en se pinçant le nez. Ça pue

22.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.