Coronavirus: la Commission lâche la bride aux Etats




Cette fois-ci, il n’est pas question de faire trop peu trop tard, comme lors de la crise financière (2007-2008) ou pendant celle de la zone euro (2010-2015) : agissant à contretemps, sous l’impulsion de l’Allemagne, on avait au contraire appuyé sur le frein budgétaire, ce qui s’était traduit par un ralentissement économique dont les Européens ont mis dix ans à sortir.


L’Union européenne ouvre grand ses vannes budgétaires pour empêcher la crise du coronavirus de dégénérer en crise économique. Ainsi, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, a confirmé vendredi que son administration allait appliquer le Pacte de stabilité avec une «flexibilité maximale», en clair laisser les 19 Etats de la zone euro s’éloigner de l’équilibre budgétaire, voire franchir à nouveau le plancher des 3 % du PIB de déficit public. Dans le même esprit, les aides d’Etat, jusque-là soigneusement bridées par Bruxelles, vont être généreusement validées.

Lors du sommet extraordinaire de mardi, les chefs d’Etat et de gouvernement ont donc indiqué qu’ils étaient «prêts à recourir à tous les instruments nécessaires. Nous réagirons en particulier à toute incidence en termes de liquidités et de soutien aux PME et aux secteurs particulièrement touchés ainsi qu’à leurs salariés».

«Les Etats membres doivent être encouragés à prendre toutes les mesures nécessaires» pour soutenir leur économie, a martelé  vendredi, Ursula von der Leyen. Pour donner l’exemple, elle a annoncé que la Commission va créer un fonds de 37 milliards d’euros (et non plus de 25 comme elle l’avait dit mardi), destiné à limiter l’impact du coronavirus sur l’économie des Vingt-Sept et qu’elle allait garantir 8 milliards d’euros de prêts aux 100 000 entreprises les plus touchées par la crise.

La suite ici : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2020/03/15/coronavirus-la-commission-lache-la-bride-aux-etats/

16.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.