Dans la lutte contre les violences conjugales, l’Espagne fait figure de modèle








Côté judiciaire, la spécialisation est la véritable clé du changement: «La violence de genre est différente des autres délits. Nous avons aujourd’hui des spécialistes pour la traiter: magistrats, forces de l’ordre, médecins, psychologues, travailleurs sociaux.» L’Espagne oblige d’ailleurs les juges traitant des cas de violence de genre à se spécialiser en la matière. Quelque 1.600 juges ont ainsi voulu suivre la formation proposée, soit près d’un tiers des magistrats du pays.




En Espagne, la lutte contre les violences conjugales a une figure emblématique: Ana Orantes. En 1997, cette mère de famille de 60 ans témoigne face caméra des violences de son ex-mari: «Quarante ans de mariage à prendre des coups, parfois avec un bâton.» Quelques jours après son témoignage, il la brûle vive. Elle devient alors la 59e victime de l’année. Son assassinat crée un choc dans tout le pays, et une prise de conscience commence.

En 2004, le gouvernement socialiste de Zapatero rédige une première loi: la loi organique contre la violence du genre, qui établit des mesures de protection pour aider les victimes, comme la création d’une assistance sociale et juridique et le lancement du numero d’urgence 016. «Dès son approbation, les Nations unies l’ont reconnue comme un exemple de législation dans la lutte contre les violences faites aux femmes, rappelle Marisa Soleto, directrice de l’ONG Fundación Mujeres qui défend l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. C’était une petite révolution dans la manière de traiter ces violences et grâce à elle, nous sommes mieux informés.»

En effet, depuis 2003, le ministère de l’Égalité recense les féminicides sur son site internet. Si l’on prend en compte les statistiques depuis le début, on remarque qu’une tendance à la baisse s’affirme: sur quinze ans, la moyenne annuelle des meurtres est redescendue à soixante, soit 15% de moins par rapport à 2003. Fin octobre 2019, le ministère recensait quarante-neuf femmes tuées. La tendance à la baisse se confirme. Ce qui accrédite le bien-fondé des mesures prises.

La suite ici  : Dans la lutte contre les violences conjugales, l’Espagne fait figure de modèle

3.11.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.