Dans l’Amérique de Trump, la loi c’est pour les pigeons




Nous savions que Donald Trump refuserait d’assumer la responsabilité de ses actes et ferait fi de la justice. Il avait prévenu. Obéir à la loi, c’est bon pour les pigeons: voilà ce qu’a été le credo de Donald Trump tout au long de sa vie personnelle et entrepreneuriale.


James Zirin, dans son superbe livre Plaintiff in Chief, fait la chronique des 3.500 procès dans lesquels Trump a été impliqué, où reviennent sans cesse des tactiques d’attaque privilégiant la politique de la terre brûlée, ponctuées de «retards délibérés, de contre-attaques, d’obstructions, d’évitements, de confusions, de menaces de ruine et d’invocation du secret professionnel à tour de bras, afin d’éviter d’avoir à rendre des comptes».

Ces trucs lui ont été enseignés par le célèbre Roy Cohn et lui ont largement servi à éviter d’assumer ses responsabilités devant la justice pendant toute sa carrière d’homme d’affaires.

Il se trouve que ce sont les mêmes trucs que Trump a utilisés pendant sa campagne, et plus tard à la Maison-Blanche. Selon James Zirin, c’était là une nouvelle approche périlleuse pour un président: «Trump est très différent. Son instinct procédurier, son abus des procédures légales, non pas pour que justice soit faite mais pour gagner de l’influence, ses déclarations et sa conduite mesquines, ses demandes de dédommagement exagérées, ses nombreux mensonges, exagérations et atermoiements, sa volonté d’attaquer en justice, d’insulter ou de rejeter même ceux qui lui ont rendu service au passage, tout cela est anormal, d’où qu’on se place.»

Quel paradoxe que le pays le plus procédurier au monde –un pays dont les textes fondateurs ont largement été écrits par des juristes et dont la boussole constitutionnelle a longtemps été incarnée par les contraintes de la loi– ait élu un homme qui a passé la majeure partie de sa vie à créer un système à deux vitesses, dans lequel certains hommes sont tenus d’obéir à la loi et d’autres en sont dispensés.

La suite ici  :Dans l’Amérique de Trump, la loi c’est pour les pigeons

9.02.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.