De la paix et des jeux


paix

Historiquement, les Jeux Olympiques ont toujours eu une dimension géopolitique. C’était déjà le cas dans la Grèce antique, dont les jeux marquaient une trêve dans les combats. Pierre de Coubertin a ensuite fondé, à la fin du XIXe siècle, le Comité International Olympique avec l’idée que les Jeux pouvaient être porteurs d’un canal de paix entre les nations.

Disons que ces rencontres sportives internationales remplissent deux fonctions majeures :

L’auto-célébration du pays organisateur, d’une part, qui utilise ces événements à des fins de propagande. Ce fut incontestablement le cas lors des Jeux de Pékin en 2008, symbole d’une puissance chinoise nouvellement établie et d’un soft power grandissant, tout comme pour les jeux de Tokyo (1964) et de Mexico (1968) : l’occasion de célébrer le retour des pays organisateurs sur la scène internationale.

Le rapprochement voire la réconciliation entre les pays, d’autre part, sur le modèle de la « diplomatie du ping-pong » qui a permis, dans les années 1970, un renouveau dans les relations sino-américaines.


La suite ici  : De la paix et des jeux. Entretien avec Dominique Moïsi

10.02.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.