De Wever, premier président de Flandre


De Wever

 

 

 

Bart De Wever repart donc en croisade confédéraliste… terme poli pour marquer sa soif inassouvie d’indépendance. La Flandre sauce N-VA entend se débarrasser du carcan belge. Nouvelle ambition du bourgmestre d’Anvers : devenir le prochain ministre-président flamand , celui qui emmènera la lutte pour le confédéralisme.

 


Quand la N-VA parle de confédéralisme, c’est finalement un peu comme quand le PS évoque la Sécurité Sociale, le MR les indépendants, le cdH l’enseignement libre, Ecolo le climat : un point de passage rhétorique obligé. Sauf que cette fois, Bart De Wever a surpris lors de son discours de Nouvel An aux militants. Alors que depuis plus d’un an, le discours des nationalistes demeure essentiellement identitaire et anti-PS, la N-VA retrouve ses fondamentaux historiques vers l’indépendance flamande ! Charles Michel a même été plus épinglé qu’Elio Di Rupo.

Bart De Wever a donc sorti le communautaire du congélateur dans lequel il l’avait placé il y a quatre ans, même si à travers certaines politiques fédérales, la Flandre n’a pas été oubliée sous cette législature. Celle-ci conserve cependant un goût de  » trop peu  » pour des nationalistes qui garde à l’esprit l’indépendance de leur région.

Le président de la N-VA a ainsi rendu un long hommage aux indépendantistes catalans et singulièrement à Oriol Junqueras, vice-président du gouvernement catalan, aujourd’hui emprisonné pour le simple fait d’avoir organisé le referendum. Oriol Junqueras est aussi un homme de gauche, bien loin de partager les thèses migratoires de la N-VA.

La suite ici  : De Wever, premier président de Flandre

15.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.