Déclaration commune des avocats, des juges et des journalistes sur la répression continue de l’état de droit en Turquie


répression continue

À l’heure actuelle, environ 2000 juges et procureurs (sur les 4088 destitués), 350 avocats et près de 150 journalistes et professionnels des médias sont en détention, en plus des 867 autres avocats qui sont poursuivis. 


Après la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, le gouvernement turc a déclaré l’état d’urgence et adopté 21 décrets-lois qui ont gravement porté atteinte aux droits de l’homme et à l’état de droit dans le pays. Des milliers de juges et de procureurs et des centaines de journalistes et d’avocats ont été licenciés, détenus ou arrêtés. Une censure généralisée des médias a été mise en place et des centaines d’organisations de la société civile ont été fermées. Plusieurs associations d’avocats et l’association indépendante des magistrats YARSAV ont été fermées et leurs avoirs ont été saisis ou gelés sans compensation.

A l’heure actuelle, environ 2000 juges et procureurs (sur les 4088 destitués), 350 avocats et près de 150 journalistes et professionnels des médias sont en détention, en plus des 867 autres avocats qui sont poursuivis. La plupart d’entre eux sont ciblés uniquement pour avoir exercé leurs activités professionnelles, sur base d’accusations de prétendu soutien à des organisations terroristes. Dans de nombreux cas, ils sont détenus sans avoir été inculpés et sans avoir comparu devant un juge. Lorsque les tribunaux turcs délivrent des mandats d’arrêt, ils ordonnent le gel des biens, rendant les détenus incapables de subvenir aux besoins de leur famille
La suite ici : Déclaration commune des avocats, des juges et des journalistes sur la répression continue de l’état de droit en Turquie – Fédération européenne des journalistes

6.04.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.