Définir les extrêmes droites






Extrême droite, ultra-droite, fascisme, droite dure, droite radicale… Ces thèmes sont-ils équivalents ? Quelles sont les nuances ? La réponse de Nicolas Lebourg pour qui  l’extrême droite n’est réductible ni au fascisme ni à l’ultra droite.





« Extrême droite » existe dans notre vocabulaire politique depuis deux siècles, ce qui suffit à dire comment elle ne se limite pas au « fascisme » qui lui, apparaît en 1918. Le fascisme est une extrême droite car, comme toutes les extrêmes droites, il exige à l’intérieur une régénération de la communauté conçue comme une entité organique, et, à l’extérieur, il veut changer l’ordre géopolitique. Mais il participe de « l’extrême droite radicale » qui, elle, veut pousser cela jusqu’à la création d’un « homme nouveau », défait en fait de tout ce qui a trait à la société libérale forgée au XIXe siècle.

« Ultra droite » n’a aucune plus-value idéologique : c’est un terme d’origine policière qui signifie uniquement qu’il s’agit d’un groupe d’extrême droite utilisant la violence, alors qu’on peut très bien être radical idéologiquement et légaliste pratiquement, ou ne pas vouloir un homme nouveau mais être prêt à tuer des personnes.

« Droite dure », c’est un vocabulaire aussi non-historique, mais on doit pouvoir dire que c’est une droite radicalisée mais qui ne présente pas les deux points de définition de l’extrême droite que j’ai cités.

« Droite radicale » : c’est une expression qui a été utilisée par des chercheurs qui trouvaient le mot « extrême droite » trop polémique. J’en connais que j’admire en ce cas, mais cela signifie que ce sont les goûts de l’objet étudié qui fixe le champ du vocabulaire et que l’on se sépare du langage commun plutôt que de le circonscrire et définir. Ce n’est pas ce que je préconise.

La suite ici  : Définir les extrêmes droites

11.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.