La démocratie européenne est-elle au bord du suicide ?


suicide

 

 

 

Que se passe-t-il ? Est-ce l’exaspération devant des technocraties oligarchiques ? La faiblesse de la représentation démocratique de l’Europe et de la Commission ? Un relent de la crise de 2008 ? Le rejet de la mondialisation et d’une frénésie capitalistique anglo-saxonne ? Les inégalités sociales croissantes ? La peur des migrations ? Le vieillissement de nos populations ? Je ne sais plus. Mais une chose est certaine : les événements se précipitent

 


À moins d’un an des élections européennes, de nombreux partis, au sein de plusieurs pays, ne font plus mystère du fait qu’ils veulent saborder le Parlement Européen, et donc le fonctionnement de l’Union Européenne, par l’envoi de députés qui sont, au mieux, des eurosceptiques et, au pire, des souverainistes exclusifs. Au reste, cela ne se murmure plus comme des confidences chuchotées dans l’Olympe technocratique des instances européennes car c’est désormais un bruit assourdissant chez nos dirigeants: si l’Union Européenne ne trouve pas, dans les prochains mois, un projet de gouvernance unificatrice et modulaire, elle risque d’imploser sous ses propres forces centripètes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard qu’Emmanuel Macron ait proposé, en totale lucidité et en contradiction avec les pistes brouillonnes du Président de la Commission, une vision concentrique de l’Europe destinée à moduler l’influence des pays de l’Union Européenne selon leur attachement aux valeurs sociales démocrates de l’ex-CEE.

Soyons clairvoyants : Après le Brexit, ce sont d’autres fractures qui fissurent l’héritage de deux guerres mondiales et de la chute du mur. L’Union Européenne se contracte sous ses replis nationaux. Les frontières se referment, les barbelés se déroulent et les murs se dressent. Les courants religieux ancestraux (catholiques, réformés et orthodoxes) se raidissent tandis que l’Islam se juxtapose sur la réalité de la mixité sociale et démographique. A l’Est, les pays du Višegrad s’opposent à la tempérance migratoire tandis que la Bavière catholique suggère sa sédition politique avec Berlin. L’Italie s’engage dans une aventure politique dont Salvini, qui se revendique de Mussolini dans une frénésie narcissique effrayante et évoque des épurations de masse, sera le probable prochain Premier Ministre.

La suite ici  :  LA SOCIAL-DÉMOCRATIE EUROPÉENNE EST-ELLE AU BORD DU SUICIDE ? par Bruno Colmant – Blog de Paul Jorion

4.09.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.